SupplychainDZ

Premier site Algerien sur la supply chain et la logistique


Poster un commentaire

Rickmers, nouvelle victime de la crise du shipping


Des porte-conteneurs tels que le « Sandy Rickmers » et le « MSC Florida » devraient être restitués au groupe allemand Rickmers, placé en redressement judiciaire depuis début juin par HSH Norbank. Les difficultés du système germanique de financement des navires et la crise du shipping mondial ont fait vaciller une institution hanséatique.

supplychaindz farid belkacemi

Depuis l’affaire de l’armateur coréen Hanjin, qui a disparu du paysage maritime mondial de la ligne régulière en février dernier, la holding Rickmers est la seconde victime de la crise mondiale du shipping. Moins connu que les grands opérateurs émettant des connaissements car opérant des services sur les mers du globe, le groupe allemand faisait partie toutefois des grands armateurs européens vers lesquels on avait le réflexe de se tourner pour trouver des navires en affrètement.

« Un plan de restructuration refusé par HSH Bank »

Comme le prévoit la loi allemande, le groupe basé à Hambourg, qui a entamé le 2 juin une procédure de redressement judiciaire en auto-administration, va poursuivre ses activités alors qu’il prépare un plan de restructuration financière avec ses créditeurs. Son banquier HSH Nordbank n’a pas accepté le plan de restructuration présenté le 31 mai.
L’armateur hanséatique a été victime de l’effondrement progressif des « KG funds » (les fonds de financement allemands), selon notre confrère « Le Marin », mais aussi de l’effritement du marché de l’affrètement dû à la crise de la ligne régulière qui sévit dans le shipping depuis quelques années. Bertram Rickmers, son unique propriétaire, a perdu le contrôle financier du groupe éponyme. Il ne possèderait plus aujourd’hui que 24,9 % des parts de son capital.

Une flotte de 20 porte-conteneurs

Selon Alphaliner, le groupe possède actuellement 20 porte-conteneurs représentant une capacité de 154.000 EVP. Sa flotte est également composée de neuf navires multipurposes d’un port en lourd de 30.000 tonnes et de deux car-carriers d’une capacité unitaire de 4.900 voitures. Rickmers possède également des participations dans des joint-ventures détenant 14 autres porte-conteneurs d’une capacité allant de 2.200 EVP à 9.400 EVP, dont 11 unités placées sous le contrôle d’Apollo Global Management. Le groupe germanique a géré en outre une quarantaine de porte-conteneurs détenus par des « KG funds » et autres partenaires financiers.
La flotte de ce groupe illustre dans le shipping, créé à Hambourg en 1834, compte à ce jour huit porte-conteneurs de 13.560 EVP (les « Maersk Edinburgh », « Emden », « Eidhoven », « Essen », « Edmonton », « Elba », « Evora » et « Essex »), ainsi qu’une unité plus petite, opérés par Maersk Line. L’armateur possède deux navires opérés par Seago Line (« Schliemi Rickmers » et « Tanja Rickmers »), trois par MSC (« MSC Florida », « John Rickmers » et Sandy Rickmers »), quatre par Zim (« Juliette Rickmers », « Milano », « Zim Alabama » et « Zim Texas »), un par ANL-CMA CGM (« ANL Woomera ») et un exploité par Stream Lines (« Rickmers Malaysia »).
Cotée à la bourse de Singapour, Rickmers Maritime Trust (filiale à hauteur de 34,2 % du groupe allemand), qui était également dirigée Bertram Rickmers, a cédé les 14 porte-conteneurs de type Panamax qu’elle possédait encore au grec Navios pour la somme de 113 millions de dollars. La société n’avait pas trouvé d’accord avec ses créanciers au printemps.

Vincent Calabrèse

Publicités